La thématique du colloque

Connexion
Version PDF

Axe 1 Les formations à l’enseignement (initiales et continues)

L’objectif de cet axe est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à la formation à l’enseignement (initiale et continue), et ce, en lien avec la réussite éducative des apprenants.

Axe 2 L’insertion dans la profession

L’objectif général de l’axe 2 est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à l’insertion professionnelle en enseignement.

Axe 3 L’intervention éducative

L’objectif de cet axe est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à l’intervention éducative ou l’exercice de la profession enseignante.

Axe 4 Les professions de l’enseignement en milieu scolaire

L’objectif de l’axe 4 est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives aux aspects sociaux et collectifs du travail des agents scolaires.

L e CRIFPE fête cette année ses 20 ans d’existence. Le Colloque international en éducation : Enjeux actuels et futurs sur la formation et la profession enseignante est donc l’occasion de faire un bilan de notre champ de recherche, la formation et la profession enseignante, et d’en explorer les enjeux actuels, tout en pensant à des voies de recherche et de développement prometteuses.

L’objectif scientifique général de ce colloque international est donc de susciter des débats et des réflexions de haut niveau intellectuel à propos de divers thèmes et questions découlant des axes de recherche du CRIFPE.

Après un premier colloque international en 2003, La profession enseignante au temps des réformes, ce deuxième colloque aura donc une visée plus large où viendront se greffer les domaines spécifiques reliés aux Chaires de recherche associées au CRIFPE, soit la Chaire de recherche du Canada sur l’étude de la formation à l’enseignement (Pr Clermont Gauthier), la Chaire de recherche du Canada sur les politiques éducatives (Pr Christian Maroy) et la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication en éducation (Pr Thierry Karsenti).

Ce colloque vise également des objectifs qui se révèlent des priorités pour notre centre de recherche et ses membres, et qui bénéficieront à l’ensemble de la communauté scientifique. Trois objectifs seront privilégiés :

  1. Regrouper des chercheurs de différents pays dans le but de mettre en commun leurs expertises et leurs travaux respectifs afin de favoriser des échanges d’idées et de connaissances et de susciter des débats et des avancées dans le domaine international des études sur la formation et la profession enseignante ;
  2. Assurer la diffusion des connaissances les plus actuelles sur la formation, l'insertion, l'intervention éducative et la profession enseignante auprès des partenaires et organismes publics oeuvrant dans le domaine éducatif, ainsi que des agents de l’éducation : enseignants, intervenants, directions d’établissements, etc. ;
  3. Développer un réseau international de collaborations et de partenariats avec les chercheurs et les divers acteurs du milieu de l’éducation du Québec et d’ailleurs.

Ce colloque sera d’autant plus un moment privilégié pour rendre hommage à ses membres fondateurs : Clermont Gauthier, Claude Lessard et Maurice Tardif, qui, pour sa part, en a assumé la direction de 1993 à 2005.

Les axes de recherche du CRIFPE

Les axes du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) résultent d’un travail de structuration scientifique de notre champ de recherche : la formation et l’exercice de la profession enseignante, en lien avec la réussite éducative des apprenants. Un tel travail est à la fois itératif et évolutif : il tient compte notamment des nombreux acquis de notre centre au cours des 15 dernières années, mais aussi des nouveaux développements et résultats de la recherche scientifique internationale dans notre domaine.

Faisons d’abord remarquer qu’au sein du CRIFPE, la fonction des axes est double:

  1. Ils représentent d’abord une organisation intellectuelle de notre domaine en fonction d’objets et de thèmes plus spécifiques sur lesquels portent les recherches des membres du Centre. Ces objets et thèmes sont définis en lien étroit avec les travaux des équipes de recherche qui constituent les forces vives du CRIFPE. De ce point de vue, les axes ne sont pas seulement des catégories conceptuelles : ils dérivent directement d’un effort d’unification et de partage des recherches dans lesquelles sont actuellement engagés les membres et les équipes du Centre.
  2. Ces axes constituent également des pôles fédérateurs autour desquels devront s’organiser la programmation du Centre et ses nombreuses activités, ainsi que les productions de ses membres. Les axes permettent ainsi aux équipes du Centre de partager leurs travaux et d’accroître leurs interactions à partir de pôles scientifiques communs. Ils forment en ce sens le mode d’organisation privilégié de notre activité scientifique.

La programmation scientifique du CRIFPE repose sur quatre axes :

  1. Les formations à l’enseignement;
  2. L’insertion dans la profession;
  3. L’intervention éducative;
  4. Les professions de l’enseignement en milieu scolaire.

Ces quatre axes forment, sur le plan de notre programmation scientifique, un continuum qui couvre l’ensemble des processus constitutifs de la condition enseignante aujourd’hui : se former à l’enseignement (1); s’insérer dans la profession (2); intervenir comme professionnel en interaction avec d’autres acteurs scolaires et éducatifs, en lien avec la réussite éducative des élèves (3); enfin, œuvrer dans l’institution scolaire (4). Ils permettent donc d’explorer et d’étudier la formation et la profession enseignante dans ses principaux aspects et enjeux, tout en regroupant les chercheurs et les équipes du Centre autour de thèmes et d’objets de recherche communs.

Axe 1 - Les formations à l’enseignement (initiales et continues)

Clermont Gauthier

Directeur de l’Axe 1 – Pr Clermont Gauthier, Université Laval

Contexte

Au Québec comme ailleurs, les diverses formations à l’enseignement (primaire, secondaire, adaptation scolaire, etc.) ont connu depuis les années 1960 des transformations majeures sur plusieurs plans : établissements d’enseignement, curriculum, savoirs et compétences, relations entre les acteurs, etc. Ces transformations se sont incarnées dans de nouvelles politiques éducatives (professionnalisation, universitarisation, etc.) et à travers diverses réformes du système de formation professionnelle. Le système en place aujourd’hui dans les universités québécoises a été institué par les réformes de 1994 et de 2001, qui ont conduit à l’allongement des programmes de formation, à une meilleure intégration de la recherche, à une collaboration accrue entre les établissements scolaires et universitaires, et à l’essor des approches par compétences. De plus, ce système de formation a dû s’articuler, parfois avec des décalages temporels importants, à des réformes majeures des programmes scolaires et à de nouvelles demandes sociales en matière de compétences professionnelles exigées des nouveaux enseignants : capacité de travailler avec les TIC, d’œuvrer dans un environnement social et scolaire de plus en plus multiculturel, de favoriser l’intégration des élèves en difficulté, de faire face à des populations scolaires défavorisées, notamment dans les grandes zones urbaines, etc.

Depuis les années 1980, la recherche sur la formation à l’enseignement, dans sa volonté de rendre compte de cette évolution et de l’accompagner, a connu un développement extraordinaire. Au Québec, l’axe sur la formation des enseignants a toujours été au cœur des travaux du CRIFPE, comme en témoignent notamment les deux chaires de recherche du Canada dont les travaux portent justement sur cet axe : la Chaire de recherche du professeur Clermont Gauthier de l’Université Laval et la Chaire de recherche du professeur Thierry Karsenti de l’Université de Montréal.

Objectif

L’objectif de cet axe est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à la formation à l’enseignement (initiale et continue), et ce, en lien avec la réussite éducative des apprenants.

Axe 2 - L’insertion dans la profession

Stéphane Martineau

Directeur de l’Axe 2 – Pr Stéphane Martineau, Université du Québec à Trois-Rivières

Contexte

L’insertion professionnelle en enseignement est une phase cruciale dans la carrière enseignante, car le débutant s’y socialise au métier, y construit son identité professionnelle et y consolide ses savoirs et ses compétences. Cette période exige de la part de l’enseignant des capacités adaptatives importantes, car les conditions d’entrée sont souvent difficiles. À cet égard, quelques faits interpellent tant les chercheurs et les acteurs du milieu que les décideurs : de plus en plus d’enseignants délaissent la profession avant leur cinquième année d’enseignement (FCE, 2005), la pénurie d’enseignants qualifiés est importante dans certains secteurs (mathématiques et sciences au secondaire, par exemple) et de nombreux départs à la retraite créent un vide qui commande une embauche massive. L’enjeu est donc d’attirer et de retenir une relève de qualité (MEQ, 2003), d’offrir la profession en héritage (COFPE, 2002), voire de donner un nouveau souffle à la profession (CSE, 2004). Or, au Québec, si les domaines de la formation initiale à l’enseignement et de la formation continue ont donné lieu à des réformes majeures, le domaine de l’insertion professionnelle est toujours, lui, relativement en construction (COFPE, 2002; FSE, 2008). Pourtant, une insertion professionnelle réussie est essentielle à l’attractivité de la profession, la persévérance dans la carrière, la qualité de l’enseignement et, partant, la réussite éducative des élèves.

Le CRIFPE s’intéresse à l’insertion professionnelle des enseignants depuis plusieurs années, comme en font foi sa participation à la création du Carrefour national de l’insertion professionnelle en enseignement (CNIPE), sa participation à l’organisation des deux seuls colloques sur l’insertion professionnelle qui se sont déroulés au Québec (2004, 2009), l’intégration en son sein du Laboratoire d’analyse du développement et de l’insertion professionnels en enseignement (LADIPE-UQTR) sous la responsabilité du Pr Stéphane Martineau, la présence d’une chronique sur ce thème dans le bulletin du Centre, Formation et profession, et son soutien à bon nombre de productions savantes (comme le dernier ouvrage de Portelance, Mukamurera, Martineau et Gervais, PUL, 2008).

Objectif

L’objectif général de l’axe 2 est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à l’insertion professionnelle en enseignement.

Axe 3 - L’intervention éducative

François Larose

Directeur de l’Axe 3 – Pr François Larose, Université de Sherbrooke

Contexte

Le troisième axe de recherche du CRIFPE est centré sur l’intervention éducative. Par intervention éducative, il faut entendre l’ensemble des actions posées par un formateur (enseignant, stagiaire, formateur universitaire, etc.) en vue de poursuivre dans un contexte spécifique des intentions éducatives, en mettant en place les conditions les plus adéquates possible pour favoriser la mise en œuvre par les élèves de processus d’apprentissage appropriés. L’intervention éducative en milieu scolaire inclut donc la planification (phase préactive), la pratique ou l’intervention per se auprès d’apprenants (phase interactive) et l’évaluation de la pratique ou de l’intervention (phase postactive). L’intervention s’avère donc une action réfléchie et réflexive de rationalisation et de prescription; une action de régulation finalisée menée par un acteur (le formateur) dans un cadre socialement normé (Couturier, 2001). Le concept d’intervention éducative est indissociable de celui de médiation, car il implique une interactivité pratique et régulatrice entre des apprenants, des objets de savoirs (le curriculum) et un intervenant socialement mandaté (le formateur). Le concept d’intervention éducative porte ainsi en lui l’idée d’une action, dans le cadre d’un métier relationnel, qui vient modifier un processus ou un système. Intervenir, c’est venir entre, s’interposer, s’insérer, se glisser entre, s’introduire, se mêler de, poser une action en vue de changer quelque chose chez quelqu’un, en vue de résoudre un problème chez autrui (Lenoir, 2003). Il faut donc reconnaître que toute intervention constitue une intrusion de la part d’un intervenant dans la vie de l’être humain concerné.

Depuis les années 1990, la recherche sur l’intervention éducative ou l’exercice de la profession enseignante, notamment sous l’angle des fondements à la mise en œuvre de divers dispositifs soutenant la médiation didactique et pédagogique, tels l’interdisciplinarité scolaire, le rapport aux pédagogies actives, le recours aux dispositifs technologiques (TIC) et instrumentaux (manuels et matériels scolaires) s’est avérée fort dynamique à la fois au Québec et chez les chercheurs du CRIFPE. Plus récemment, de nouvelles perspectives de recherche ont émergé, portant sur la pratique enseignante comme telle ou encore de nouvelles conditions partenariales impliquant l’école, mais aussi les réseaux institutionnels et communautaires de son milieu d’implantation (Larose, Couturier et Boulanger, 2007). Là encore, les travaux de nombreux chercheurs du CRIFPE font déjà office de documentation scientifique de référence, tant au Québec qu’à l’étranger. Qu’est-ce que l’intervention éducative? Quels sont les nouveaux déterminants de l’intervention éducative? Que savons-nous des pratiques effectives des enseignants? Qu’en est-il des partenariats et des pratiques de collaboration? Ce sont là quelques-unes des questions de recherche qui seront explorées dans ce troisième axe.

Objectif

L’objectif de cet axe est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives à l’intervention éducative ou à l’exercice de la profession enseignante.

Axe 4 - Les professions de l’enseignement en milieu scolaire

Maurice Tardif

Directeur de l’Axe 4 – Maurice Tardif, Université de Montréal

Contexte

Qui sont les enseignants et les autres agents scolaires? Comment conçoivent-ils leur travail et leur collaboration? Quels sont leur place et leur pouvoir dans l’organisation scolaire? Comment définissent-ils leur identité professionnelle? Comment réagissent-ils aux nombreuses réformes et aux changements sociaux qui ont affecté l’école ces dernières décennies? Ces questions sont au cœur de la programmation scientifique du CRIFPE.

Tant au Canada qu’au Québec, les agents scolaires jouent un rôle capital tant dans l’organisation socioéconomique que dans le système éducatif proprement dit. Ils constituent environ 6 % de la main-d’œuvre active au pays et représentent l’une des plus importantes catégories de travailleurs exerçant une profession libérale et technique. Au Canada, quelque 320 000 enseignants réguliers des niveaux préscolaire, primaire et secondaire travaillent avec 5,5 millions d’élèves dans plus de 16 000 établissements scolaires; au Québec, environ 120 000 agents scolaires œuvrent avec près d’un million d’élèves en comptant les secteurs professionnel et adulte.

Or, le personnel scolaire constitue, dans ses interactions quotidiennes avec les élèves et les autres acteurs éducatifs, la véritable pierre angulaire de l’école, car c’est lui qui assume concrètement la mission fondamentale d’éducation et de formation des nouvelles générations de citoyens et de travailleurs. En ce sens, il est nécessaire d’étudier les conditions socioprofessionnelles dans lesquelles œuvrent les agents de l’enseignement, qui sont confrontés aujourd’hui à de nombreux et profonds changements qui affectent les établissements et les populations scolaires ainsi que l’environnement social de l’école.

Plus spécifiquement, les recherches portant sur cet axe de recherche nécessitent une étude approfondie, une description et une analyse portant sur des tendances sociales et des séries statistiques, sur les acteurs institutionnels et collectifs, sur des statuts, fonctions et territoires de travail, et sur des croyances, représentations et identités professionnelles. Il est important de faire remarquer que ces thèmes sont étudiés dans leurs interrelations, selon une perspective comparative ou évolutive, de même qu’en fonction de regards théoriques et méthodologiques variés.

Objectif

L’objectif de l’axe 4 est d’élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d’apporter des réponses aux questions relatives aux aspects sociaux et collectifs du travail des agents scolaires.

Les chaires de recherche associées au CRIFPE

Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication en éducation

Thierry Karsenti
Thierry Karsenti

Objet de la recherche

Étudier l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la formation à l’enseignement et le travail des nouveaux enseignants.

Importance de la recherche

Permet une utilisation plus efficace des technologies de l’information et de la communication par les enseignants à l'ère de la société du savoir.

La formation des enseignants à l'heure des technologies de l’information et de la communication

L’essor des technologies de l’information et de la communication (TIC) signale et accompagne une transformation profonde des sociétés avancées : l’émergence de la société du savoir. Dans le domaine de l’éducation, l’intégration des TIC au système d’enseignement est désormais irréversible. On peut toutefois se demander si les nouveaux enseignants sont bien outillés pour tirer profit de l’explosion de l’information à l’ère d’Internet.

M. Thierry Karsenti de l’Université de Montréal se spécialise dans l’étude de l’utilisation des TIC en éducation. Il souhaite montrer quels sont les avantages, mais aussi les obstacles actuels à l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement.

M. Karsenti possède une feuille de route impressionnante. Il a déjà publié vingt-et-un ouvrages et plus de 170 articles dans des revues à caractère scientifique, et obtenu plus de vingt-deux millions de dollars en subventions de recherche, seul ou avec d’autres chercheurs. Il contribue également de façon soutenue au Programme pancanadien de recherche en éducation, plaque tournante des politiques et orientations futures de la recherche en éducation au Canada. Il a été qualifié par l’un de ses pairs d’étoile montante de la recherche canadienne sur les TIC en éducation.

En évaluant le processus d’intégration et l’impact des TIC dans le système d’éducation canadien, M. Karsenti s’efforce plus particulièrement de décrire les forces et les faiblesses des stratégies de formation des enseignants aux usages pédagogiques des TIC, d’identifier les meilleures stratégies d’intégration des TIC appliquées au secteur de la formation à l’enseignement et de mettre à jour les facteurs de résistance à l’utilisation pédagogique des TIC, autant chez les formateurs que chez les personnes en situation d’apprentissage.

Par son ambitieux programme de recherche sur l’intégration des TIC dans la formation des maîtres et leur transfert dans la pratique professionnelle des pédagogues, M. Karsenti contribue à faire en sorte que les futurs enseignants soient préparés à faire la meilleure utilisation possible des TIC dans leur travail, ce qui participera à l’inscription du Canada dans l’économie du savoir.

Chaire de recherche du Canada en étude de la formation à l'enseignement

Clermont Gauthier
Clermont Gauthier

Objet de la recherche

Formation à l’enseignement

Importance de la recherche

Vise à approfondir le thème de la formation à l’enseignement par la formalisation des savoirs et le développement des compétences professionnelles.

Former les formateurs

Partout en Occident, on assiste à une refonte en profondeur des systèmes d’éducation. Fait nouveau, ce vent de réforme embrasse également la formation à l’enseignement. Le Québec n’échappe pas à ce mouvement international et Clermont Gauthier, chercheur à l’Université Laval et expert de la formation des formateurs, est au cœur de tous ces grands débats.

La chaire de recherche du Canada lui permet de se consacrer à l’étude de la formation des enseignants. Ses travaux aident à comprendre les changements en cours par l’analyse et la comparaison des pratiques dans les différents programmes de formation des universités québécoises. Ils permettent également de situer ces changements dans le cadre plus vaste de cette tendance internationale de fond. Le professeur Gauthier travaille en lien direct avec le Centre de recherche sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE). Seul centre de recherche québécois dont la vocation première consiste à étudier la formation et la profession enseignante, le CRIFPE est branché sur de nombreux réseaux de chercheurs dans le monde.

Le professeur Gauthier est également très engagé sur le plan civique. Il a représenté les universités auprès du comité consultatif du gouvernement du Québec en matière de formation du personnel enseignant et a siégé à titre d’expert au comité chargé, par le ministère de l’Éducation du Québec, d’élaborer les nouvelles orientations et compétences attendues en formation à l’enseignement. Il a également été secrétaire pour la grande région de Québec du comité des États généraux sur l’éducation.

En trente-deux ans de carrière, le professeur Gauthier a publié quarante-six livres et deux cent deux articles ou chapitres et réalisé trois cent quarante-trois communications. Ses interventions dans différents pays, y compris les pays en voie de développement, attestent sa dimension internationale.

Plusieurs de ses ouvrages ont eu un rayonnement dans toute la francophonie notamment Formation des maîtres et contextes sociaux, publié aux prestigieuses Presses universitaires de France ainsi que La pédagogie. Théories et pratiques de l’Antiquité à nos jours, un ouvrage qui sert de manuel de référence au Québec et en Europe.

Chaire de recherche du Canada en politiques éducatives

Christian Maroy
Christian Maroy

Objet de la recherche

Analyse des politiques de régulation de l’éducation, de leur co-construction à différents niveaux d’action (global, national, local), de leur mise en œuvre et réception sur le terrain, de leurs effets.

Importance de la recherche

Ces recherches permettent d’éclairer les conditions d’efficacité et de légitimité des politiques et alimenteront le débat sociopolitique sur leurs finalités et moyens. Elles contribuent à une analyse critique des instruments de régulation au sein des systèmes d’éducation, une posture complémentaire par rapport aux approches orientées vers l’administration opérationnelle de l’éducation.

Du global au local : interroger le développement de nouveaux modes de régulation de l’éducation

Depuis une quinzaine d’années, des transformations importantes des systèmes éducatifs se font jour dans de nombreux pays. Changement des curricula, développement de « standards » de référence, décentralisation de l’initiative publique, introduction de dispositifs de choix des écoles, encouragement de la privatisation des organisations éducatives, mise en place de dispositifs de régulation basés sur l’évaluation externe et l’imputabilité des résultats. Toutes ces transformations sont portées par des politiques éducatives, dont les finalités font une part croissante à l’efficacité et l’efficience, en relation avec une économie et société dites « de la connaissance » dans lesquelles les politiques d’enseignement, de formation et de recherche sont considérées comme des enjeux stratégiques.

Dans ce contexte, de nouveaux modèles de régulation et de gouvernance « post-bureaucratiques » des systèmes scolaires ont été promus (Maroy, 2008). Les recherches de Christian Maroy ont montré que la régulation de l’enseignement ne pouvait être pensée sans faire place au contexte sociétal, aux institutions, aux matrices cognitives et normatives qui en conditionnent l’orientation. Par ailleurs, les outils de l’action publique en éducation ne portent pas partout les mêmes fruits, car leurs usages et leurs significations se construisent dans la réception de ces outils par les acteurs locaux.

La régulation par les résultats, la promotion de l’évaluation et de la reddition de compte doivent-elles être dès lors érigées en un modèle universel, dont les effets sur la qualité de l’éducation, la justice scolaire et le professionnalisme enseignant seraient avérés partout? Ce modèle doit-il être mis en place, sans tenir compte des contextes locaux et des institutions qui caractérisent le secteur de l’éducation? Quels effets inattendus et collatéraux produit-il par ailleurs? Quelles dynamiques jouent dans les appropriations locales de ces politiques et outils? Voilà les principales questions auxquelles le programme de la Chaire s’attelle.

Trois objectifs sont poursuivis :


  • Mener une analyse comparée de la construction des politiques de régulation dans différents systèmes éducatifs, de leurs sources de variation et incidences sur le professionnalisme enseignant et les rapports État, administrateurs scolaires et enseignants;
  • Dans le contexte québécois et canadien, analyser les modes de réception et d’appropriation des dispositifs d’évaluation et d’imputabilité au niveau d’établissements scolaires contrastés et de leurs personnels enseignant ou dirigeant;
  • Contribuer à construire une théorie plus complexe et plus robuste de la mise en œuvre des politiques éducatives et de leurs effets, tenant compte du rôle médiateur des établissements scolaires, de leurs acteurs et de leur environnement institutionnel et social.